mercredi 9 janvier 2013

Le Choix c'est la Joie

Chaque jour
plusieurs fois par jours
nous avons à faire des choix.
D'importance variable, allant des vêtements que nous portons à la maison dans laquelle nous allons habiter, ils appellent des émotions diverses qui ne sont pas toujours agréables à ressentir.

Marie est une petite fille vive, intelligente et généreuse. Elle est appréciée par  sa famille, ses instituteurs, ses professeurs de musique et de sport. Tous la trouvent équilibrée et bien dans ses baskets. Dans la cour d'école elle est entourée de camarades garçons et filles avec qui elle joue avec plaisirs, et se chamaille régulièrement comme tous les enfants de son âge.
Cependant Marie a un problème récurrent, que sa famille connait bien. Elle ne sait pas choisir.
Que ce soit pour acheter des vêtements, choisir le gâteau pour son anniversaire ou un jeu avec ses camarades, c'est l'angoisse.
Que dire alors des choix qui mettent en jeu les relations avec ses proches. Jouer avec l'une ou l'autre de ses sœurs, faire une activité avec un de ses parents, elle ressent un déchirement profond à l'instant du choix, comme si le monde allait s'arrêter de tourner.
La solution est, bien sûr, d’amener les autres à faire le choix pour elle. Ce qui va tout seul avec ses camarades, ou ses professeurs. Mais ses parents sont vigilants et essayent de l'amener, en douceur, à faire le choix par elle même..avec plus ou moins de succès ...et plus ou moins de patience de leur part.

Marie grandit, fait des études de droit brillantes, accède à de hauts postes comme juriste d'entreprise, gagne très bien sa vie.
Marie trouve toujours une amie disponible pour visiter avec elle les appartements afin de trouver celui qui lui convient ; passe des heures au téléphone avec sa meilleure amie pour avoir son avis sur ce charmant jeune homme qui voudrait tant s'installer avec elle.

Marie n'est pas surprise le jour où son entreprise doit se séparer d'elle, comme de la majorité de ses employés. Elle avait venu venir la crise et négocie un départ en or.
Elle s'accorde quelques semaines de vacances, et un beau voyage avec l'homme qui partage sa vie, et la "soutient" dans ses choix. Elle en profite pour se remettre à la cuisine, qu'elle a toujours adorée, et particulièrement à la pâtisserie.
Marie retourne plus souvent chez ses parents pour échanger avec son père, qui lui a transmis ce plaisir de cuisiner. Les mains dans la farine elle s'ouvre et tombe d'accord avec son père sur le fait qu'elle ne cherche pas vraiment du travail, et qu'elle n'a pas vraiment envie de retourner dans le milieu de l'entreprise.
Dans le taxi qui la ramène à son appartement parisien, elle discute avec le chauffeur, qui lui raconte comment il a lâché une bonne place à la caisse des dépôts pour s'installer. Et comme il est encore heureux, chaque matin depuis 10 ans, de prendre sa voiture pour conduire les gens d'un point à un autre en leur offrant une parenthèse dans le rythme effréné de leur vie professionnelle.

Marie décide donc d'étudier une possible reconversion, à 32 ans rien d'impossible. La partie financière n'est pas un problème. Elle peut donc se lancer.
Il ne reste plus qu'à passer le pas : faire le choix.
Et c'est un  précipice au bord duquel elle se retrouve.

Face à un tel enjeu ses amies restent à l'écoute et se contentent de phrases du type : ton choix sera le bon, pour les optimistes ou : pèse bien le pour et le contre, pour les autres.
Ses parents se refusent fermement à l'aider, et son compagnon lui promet son soutien quel que soit son choix. Mais c'est MAINTENANT qu'elle veut son soutien !

Un soir , en rentrant de l'opéra en taxi, Marie repense à ce chauffeur rencontré quelques semaines plus tôt, et à la joie qu'il semble éprouver dans son métier.
Elle essaie donc de se projeter dans le métier de pâtissière, dans celui de juriste, avec toutes la palettes de métiers que recouvrent l'une et l’autre de ces activités professionnelles.
L'une, l'autre, l'une, l'autre et, au fur et à mesure Marie dépasse la réflexion et écoute ses émotions. n'est-ce pas la joie qu'elle a notée chez ce taxi ?
Et soudain tout s'éclaire c'est la Joie qui prédomine quand elle pense à la pâtisserie, c'est l'ennui, voire la colère, qui vient lorsque qu’elle pense au droit.
Sa décision est prise, le lendemain Marie met tout en œuvre pour développer son activité, depuis un CAP en accéléré jusqu'à trouver une boutique, créer un site...


Durant ces semaines d’euphorie, et de labeur, qui ont suivi, une phrase est revenu à l'esprit de Marie. phrase que répétait à loisir sa grand-mère : Choisir c'est renoncer.
Elle s'est rendu compte que tous ces choix était envisagés sous cet angle, renoncer à papa si je vais avec maman, renoncer au piano si je fais du trombone, renoncer à la vie de famille si je ne m'installe pas avec Thomas...
Marie s'est aussi rendu compte que la plupart des choix sont réversibles : qu'est-ce qui l'empêchera, dans le cas présent, de revenir en entreprise si sa boutique ne tourne pas ? Ah ! Ce ne sera peut-être pas simple mais il n' y a pas d'obstacle insurmontable.

Marie a décidé que le bon choix est celui qui lui apporte la vibration la plus élevée, la Joie, ou se qui s'en rapproche le plus. C'est devenu sa devise : Le Choix c'est la Joie. Elle la partage volontiers avec tout un chacun, de ses proches à ses clients , habitué ou de passage.
Elle précise bien que ce n'est peut-être pas le chemin le plus facile, mais que c'est le plus nourrissant, puisque la Joie est là.

Marie a été toute surprise quand son compagnon l'a demandée en mariage. Il ne l'avait jamais fait pour éviter qu'elle n'accepte  pour suivre son choix à lui. Mais maintenant qu'il connaissait la devise de Marie, il pouvait faire sa demande sereinement.
Le patron a été positivement surpris de la créativité développée par Marie. Ainsi elle s’appropriait une recette en changeant les ingrédients, les parfums, imposés. Ses choix étaient toujours justes et emportaient un franc succès auprès des clients.
C'est devenu sa marque de fabrique.

Pour moi, la Joie est une émotion forte, porteuse et nourrissante. Nous pouvons nous tourner vers elle à chaque instant de notre vie. Nous pouvons nous demander ce qui nous empêche de vivre notre quotidien dans la joie et essayer de lever le blocage qui en est la cause.
Nous pouvons la partager avec nos amis, notre famille mais aussi avec un inconnu (pensez à la coupe du monde 98, ou au dernier concert qui vous a mis en joie, tout comme la personne à côté de vous, par le hasard des réservations, avec qui vous applaudissiez debout à tout rompre dans une joie commune).

La joie est puissante, comme l'amour ou la compassion. Elle peut nous guider dans notre bien-être quotidien. Nourrissons la dans notre cœur et "rayonnons" la dans notre vie.
Alors, comme Marie, si nous faisions notre devise de :

Le Choix c'est la Joie

et un petit bonus musical, qui me met en joie :


facile, mais tellement agréable.

2 commentaires:

  1. Superbe article !
    Je vais essayer d'y repenser le plus souvent possible :D

    Et au passage, je me fais l'avocat du diable : quand on n'a plus de choix que se passe-t-il ?
    Bonne réflexion :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Il reste alors : la Joie de vivre,la Joie d'aimer et toutes les autres. ;-)

      Supprimer