mardi 24 juin 2014

Musique pour Coeur et Respiration

C'est le titre, traduit  en français littéralement, du nouvel album de Richerd Reed Parry chez Deutsche Grammophon.

Ceux qui le connaissent comme membre du groupe d'Arcade Fire noteront la différence de style.



Pourquoi vous parler de cet artiste et de cet album ?

Car le titre m'a inbterpellé:
Music for Heart and Breath

Voilà qui m'intéresse, en tant qu'artiste et que praticien de bien-être par les sons.
De la musique pour le cœur et le souffle, je voulais découvrir ce que cet artiste allait nous apporter, et ce que nous partageons probablement.

Me voici donc en train de visionner le "teaser", comme vous venez peut-être de le faire.
Le principe est donc de jouer avec un stéthoscope posé sur son propre cœur et, à l'autre extrémité, sur ses propres oreilles. Le musicien joue alors en prenant le rythme de son corps  pour référent, et non pas un tempo extérieur à lui-même.

Belle idée me dis-je dans un premier temps.
Le musicien à l'écoute de son corps, de son moi intérieur, c'est une démarche importante pour moi, j'en ai déjà parlé ici.

Puis j'ai réfléchi à la réalisation d'un jeu en ensemble nécessitant un chef, un ensemble de musique de chambre, un quatuor, un duo...comment joue-t-on ensemble ?

Me voici donc dans un abîme de perplexité.
Cette démarche ne conduit-elle pas à un repli sur soi-même, à l'écoute de son propre rythme, sans tenir compte de l'Autre avec qui l'on joue ? Serait-ce un nouvel exemple d'individualisme ?

En même temps dès le chant grégorien le tempo était donné par le "chef" à partir de son pouls, d'où la pulsation. Rien de neuf sous le soleil donc.
Sauf que tous s'accordaient sur cette pulsation.

Un exercice que j'ai fait faire à différents groupes est le suivant, la consigne est :
Chantez tous la note qui vous vient à l'esprit, sur la voyelle qui vous convient.
Tout le monde commence en même temps sur le signal donné par une personne x.
Chantez votre note.
Au bout d'un temps t, les voix s'accordent et deviennent consonantes, autour de deux ou trois sons.
Ajoutons la consigne : tenez votre note sans écouter les autres.
L'accord ne se produit que beaucoup plus tard, voire pas du tout. (dissonance forcée)
Ajoutons la consigne : écoutez les autres et accordez-vous avec eux.
D'une façon surprenante, l'accord ne se crée pas nécessairement plus vite, mais surtout il est instable. (consonance forcée)
Ajoutons la consigne : tenez votre note en écoutant les autres.
C'est alors la plus belle expérience car l'accord se met en place rapidement avec une qualité supérieure à la consigne de base. Et il peut chnager mais avec une sensation réelle de fluidité et non pas d'instabilité. (consonance naturelle)
C'est ainsi que l'on encourage une équipe dans une entreprise à trouver un modus vivendi harmonieux : chacun est à l'écoute de sa propre note, l'exprime et trouve l'accord en écoutant les autres.

C'est aussi ainsi que l'on fait de la musique ensemble et que l'on trouve la véritable justesse de note et d'expression.

Alors cette histoire de stéthoscope... ça me questionne.

Mais l'idée de jouer à l'écoute de son cœur et de son souffle (physique et spirituel) ça , ça me plaît.
Certes ça n'est pas si nouveau que ça, mais le rappeler est une bonne chose.

Et le vivre est encore meilleur.


2 commentaires:

  1. En effet, c'est "bizarre" comme vision je suis plus proche de ton expérience (que je pratique régulièrement en cours avec mes monstres" … et même constat au passage).

    Par contre, je trouve l'idée du stétoscope sympa pour être plus à l'écoute de sa propre pulsation. Cela me fait penser à certains morceaux dont le tempo n'est pas "fermé" et que mes professeurs me demandaient de jouer à MON tempo … sauf que je peinais toujours à le trouver (version forcée là encore) et ce "truc" m'aurait bien aidé à l'époque (bon maintenant je vais chercher un stétoscope pour voir ce que ça donne et je repasserai te le dire :D )

    RépondreSupprimer
  2. Pour ce qui est de la musique en solo ce peut être pas mal en effet. Pour l'instant je ne me suis pas fait d'opinion arrêtée, et ne m'en ferai peut-être pas, une opinion en mouvement c'est bien aussi...
    Je ne sais pas où ont rouve des stéthoscopes, mais ce doit être aussi simple à trouver que des diapasons.

    RépondreSupprimer